RETARD → Magazine

Janvier 2018

J’ADORE JANVIER

Il y a cette publicité pour le parfum qu’a porté ma mère, où Charlize Theron quitte un à un ses anciens vêtements pour plonger dans un bain d’or. Une publicité très chiante, surtout au moment du gros plan sur le visage de Charlize (je l’appellerais par son petit nom dans cet édito) mais qui résonne en ce matin de janvier un peu différemment. 
Je ne comprends pas vraiment pourquoi, mais c’est un peu comme cela que j’imagine la nouvelle année 2018, et surtout, les mois qui l’ont précédés. J’ai enlevé tout ce que je portais depuis des années et qui se montrait lourd : mon aigreur salement accumulées, mes plaintes constantes parce que la vie est nulle et compliquée, cette fichue habitude de vouloir tout, tout le temps, et vite, ma peur de rater des trucs alors qu’il ne se passe pas toujours grand chose, mon incapacité à prendre des décisions. 2017 a été une année pourrie de mon côté. Je ne provoquerais néanmoins rien ni personne en disant qu’elle ne pouvait pas être pire : le destin peut être un sacré salopard quand on doute de ses capacités de nuire.
Pourtant, dans mon petit bain d’or de 2018, je suis obligée de voir aujourd’hui les bons côtés. Je crois que je n’ai jamais aussi rapidement grandi et appris des choses qu’en l’espace de ces derniers mois. Je suis enfin devenue une personne complètement différente et je crois que j’aime bien. On va donc essayer de voir les bons côtés, et remercier la maladie, la rupture, la démission, le déménagement, les désillusions amoureuses, les projets avortés ou qui ont carrément merdé, les copains nuls, et même la fibre de Bouygues Telecom qui ne marche toujours pas après deux mois. Tout ceci n’a aucune importance en 2018. Faisons du passé table rase.
Alors si tu veux bien faire pareil et être la Charlize Theron du grand espace publicitaire qu’on appelle la vie, fais le, poussin. Enlève la négativité, ne fais pas attention aux petites merdes qui accumulées font les grands drames de ton quotidien, vide ton sac le plus souvent possible et remercie les gens qui t’ont fait de la peine. C’est comme ça qu’on apprend, qu’on grandit, qu’on devient la meilleure version de soi. Et regarde, elle vieillit plutôt bien non Charlize Theron ? Et puis elle a un oscar. C’est tout le mal que je te souhaite pour 2018. Si tu veux nous parler de tes rêves, de ceux qui t’ont permis d’y arriver ou qui t’ont planté, de tout ce qui t’a fait mal ou du bien, tu sais où nous trouver. Je lirais tous tes papiers.
Très bonne année, on t’aime aussi fort que le Roquefort.

Ton amie, Marine.