RETARD → Magazine

NOVEMBRE

Old November Rain

Ce mois de novembre, je fête mes 28 ans.

C’est bizarre. A l’approche de cette date fatidique, mon horloge interne semble s’être munie d’une alarme qui me prévient que je ne suis plus une putain d’adolescente.

T’AS DES RIDULES MEUF AUTOUR DES YEUX

C’EST PAS DES CHEVEUX BLANCS ÇA ?

ALORS ON RAMASSE ? BAH OUAIS, QUAND ON A PLUS SES 9 HEURES DE SOMMEIL C’EST LA MERDE HEIN ?

Je pourrais déprimer à l’annonce de ce triste constat. Je le fais parfois, d’ailleurs, après quatre bières et une nouvelle annonce de bébé dans mon entourage (je suis SUPER contente pour vous les meufs hein, et j’ai hâte de faire la tournée des maternités avec un canon à cotillons, mais vous me mettez un sacré coup de vieux). Une question surtout m’angoisse : vais-je devenir la tata toute bourrée au kir royal qui danse à 4 heures du matin sur « I Will Survive » en fumant de gitanes maïs ?

« LE PETIT SERVEUR AU DERRIÈRE MIGNON, TU ME REMETTRAIS PAS UNE SÉRIE DE TOASTS À LA GUACAMOLE ACCOMPAGNÉE DE TON 06 hinhinhinhinhin »

Il y a une autre possibilité, je le sais. Celle où à force d’en chier sur mon propre petit chemin caillouteux, je finis par réaliser mes rêves personnels (des kids ! Une maison avec une véranda ! Un amoureux qui aime les blagues de prout !) et professionnels. Et ça les petits pères, ça m’encourage à me lever chaque matin, tout comme à me mettre du déodorant. 

Mes conseils alors pour supporter ce mois de novembre, à part lire ce super webzine (clin d’oeil ridé) ? Le premier, on s’accroche. Le deuxième, on me souhaite mon anniversaire (le 13, ENVOYEZ MOI DES POUTOUS) et on vient à la teuf BASTON/BISOUS organisée par Retard le 29 novembre au Sucre à Lyon. Et surtout, surtout, le troisième et dernier point, on arrête de comparer sa vie à celles des autres. On suit son propre rythme, celui qui fait « cocon cocon » dans son coeur, comme dirait Patrick Schwayze dans Dirty Dancing. Ya pas de norme, ya pas d’urgence, et puis au pire on s’en fout, les ovules c’est comme les pizzas, ça se congèle bien, hein ?

Bisous les poussins
Votre (vieille) copine Marine.