RETARD → Magazine

Juin 2018

REBOOT

J’ai toujours aimé l’idée de remise à zéro. De tout recommencer, de devenir une nouvelle version de soi, celle qu’on a toujours voulu être, celle qu’on galère à devenir. Et bien que je sache que ce n’est pas vraiment possible, de partir du point zéro sans toutes ces putains de valises, qu’elles soient émotionnelles ou encore physiques, que je constate que ça prend beaucoup plus de temps que prévu, l’idée de pouvoir faire table rase du passé, si on le voulait bien, m’a toujours enchanté.

Après avoir échoué maintes fois à reprendre ma vie de zéro, je crois que cette dernière en a eu marre de ma chouinerie perpétuelle, et l’a fait à ma place. Et après avoir regardé mon monde s’écrouler, je constate aujourd’hui qu’il est en train de se reconstruire. En tant qu’architecte, je dois réfléchir maintenant à tous les plans pour ne pas regretter. Est-ce que je souhaite vraiment garder cette amitié ? Et qu’en est-il de mes amours ? De mes projets ? Mon corps ? Ma sexualité ? Mes espérances ? Qu’est ce que j’attends de la vie ? Ai-je envie de suivre une norme ? De quoi et de qui ai-je réellement à foutre ? Où vais-je ? Une phrase de La Théorie du dentifrice (l’excellent livre de Peter Singer aux éditions de la Goutte d’or) me hante : « Décréter que fondamentalement la vie n’a aucun sens, c’est exprimer une attitude, pas énoncer un fait ». Quel est donc le sens de la mienne ? 
Le fait d’avoir tous ces choix est vraiment flippant, quand on y pense bien.  Le fait de pouvoir prendre des décisions pour que des comportements changent, aussi. Tout ne dépend que de soi. On est son propre projet, à la fois le Bill Gates et le Microsoft de sa vie. A nous de savoir ce qu’on souhaite pour lui.

Je repars donc aujourd’hui de zéro, forte d’expériences plus ou moins positives, de remarques qui m’ont fait avancer. Les repères ne sont plus les mêmes, certains ont disparus, d’autres sont revenus. Il y a des choses qu’il va falloir affronter seule, il y a des choses qu’il va falloir affronter maintenant. Il est temps. Je me plais à voir ce mois de juin comme une remise à zéro de mes propres compteurs.

« Votre système a échoué. Souhaitez-vous redémarrer ?« 

Oh bordel, poussin. Plus que jamais.