RETARD → Magazine

lundi, 05 janvier 2015

FEMALES [GET ON UP]

Par
illustration

Quand j’ai commencé à écouter les filles du hip-hop du début des années 90, ça m’a tellement passionné que je me suis imaginée que j’allais écrire un article de 5600 caractères (avec des notes de fin de pages et une bibliographie). Ma contribution est finalement assez modeste mais il y a des morceaux de mon cœur dedans.

Si on pouvait organiser une grosse teuf pour l’égalité des sexes c’est à Salt’n'Pepa que j’en confierais l’organisation. Au programme : défilé de guerrières en bottes de cuir -levant les poings en cadence- et déguisements prônant l’égalité des sexes en milieu professionnel. Le féminisme de Salt’n'Pepa est à leur image et c’est pour ça que c’est si réussi. La vidéo de Ain’t Nothing But A She Things m’euphorise tellement ! Ce clip c’est la réussite totale, surtout les passages illustrant le fait que « tu peux être ce que tu veux » : mécanicienne, astronaute, pompier ou policière (et qu’apparemment tu peux même le faire en portant un mini short). Je les entends presque dire : boooon nous c’est pas trop notre délire, donc on jette des seaux d’eau à l’arrache et on fait la teuf dans des navettes spatiales, mais toi meuf si ça te branche, tu peux être tout ça! 

Salt-n-Pepa - Ain't Nuthin' But a She Thing

RETARD → Magazine - Salt-n-Pepa - Ain't Nuthin' But a She Thing

Ces filles sont mon plus gros énergisant de ces deux dernières années ! Il y a un petit moment quand j’ai découvert le « BOOM I Got Your Boyfriend » d’MC Luscious. Ca m’avait déjà complètement électrisée et j’avais crié point levé des jours durant, mais ce n’était que le début de mon initiation. Les filles du hip-hop sont les meilleurs remèdes pour les jours où tu te sens comme une vieille andouillette.

MC Luscious - Boom! I Got Your Boyfriend

RETARD → Magazine - MC Luscious - Boom! I Got Your Boyfriend

Ce sont aussi celles qui n’ont vraiment pas peur de parler de sexe même si elles font parfois semblant d’hésiter pour nous mettre à l’aise (sympa) comme Salt’n'Pepa au début de Let’s Talk About Sex (Yo, I don’t think we should talk about this / Come on, why not? / People might misunderstand what we’re tryin’ to say, you know? / No, but that’s a part of life ».D’autres prennent moins de pincettes comme Missy Elliot dans Work It : Call before you come, I need to shave my chocha (…) Go downtown and eat it like a vulture. Au-delà des clichés rap des paroles bien crues sur le sexe, c’est surtout une façon de montrer qu’elles maîtrisent leur sexualité. Mais ma chanson sexuelle préférée ne parle même pas directement de sexe, elle fait un joli détour en faisant un vibrant hommage à la Miami Bass : « I WANT SOME BOOMING HARD BASS » crie Missy Mist au début de la chanson… et les filles, si vous ne comprenez pas encore de quoi je parle asseyez vous fissa sur une grosse enceinte et tout devrait s’éclairer bien vite.

Missy Mist - Gettin Bass

RETARD → Magazine - Missy Mist - Gettin Bass

Les adeptes des bonnes basses devraient aussi trouver leur compte chez les Anquette, avec notamment « Trow the P(ussy) »  la réponse au « Throw that D(ick)» de 2 Live Crew. Les Anquette ont par ailleurs été parmi les premières à me taper dans l’œil (les pochettes y sont pour beaucoup, avec ce petit quelque chose qui reste des girls groups 60′s). Je retiendrai particulièrement celle à bord d’un grand voilier dont deux d’entre elles tiennent la barre tout sourire et avec des grosses têtes de nouilles, tandis qu’au premier plan ça boude sévère (peut-être qu’elle voulait tenir la barre, elle aussi, TU M’ÉTONNES).

Monie Love - It's A Shame (My Sister)

RETARD → Magazine - Monie Love - It's A Shame (My Sister)

Ah, et si ton boyfriend est allé pincer les fesses de MC Luscious, que ça te rend triste et qu’au fond de toi tu trouves qu’il est vraiment perrave laisse Monie Love devenir ton petit coach de l’amour et rebooster ton level de self-esteem grace à It’s A Shame (My  Sister). Un titre dément qui était un de mes préférés même avant que j’en déchiffre les paroles.

Leçon numéro 1 : PRENDS TON BALUCHON, leçon numéro 2 : DIS LUI D’ALLER SE FAIRE FOUTRE leçon numéro 3 : FERME BIEN LA PORTE DERRIÈRE TOI, leçon numéro n°4 LE MEC EST TRISTE C’EST PAS TON P.R.O.B.L.E.M.E (ouais comme ça, avec des points entre les lettres) : « You’ve been kissed, dissed, listed as a dumb one / I hope he likes sad songs, he’s gonna hum one » Monie Love – It’s A Shame (My Sister). Si par hasard finalement tu baisses les bras, que tu le laisses revenir et que le mec couille encore en t’interdisant de porter des casquettes de baseball (PAR EXEMPLE) c’est TLC qui prendra le relais pour t’aider à pas te laisser faire : « So you gettin’ back to this dude wit’ the foul attitude / Shoot he made another bad move sayin’ that Girls shouldn’t wear baseball caps / He can go take a hike » (TLC – Hat 2 Da Back C’est vrai que toi, tu dis rien sur ses putains de jeans slims et ses boucles d’oreilles, y a pas de raison qu’il te fasse chier parce que t’aimes les baggys.

Boss - Recipe Of A Hoe

RETARD → Magazine - Boss - Recipe Of A Hoe

Ce qui fait surtout du bien c’est qu’ici, les discours (plus ou moins directement affirmés) sont loin d’être uniformisés autant dans l’approche, les idées ou le positionnement… Ce qui fait sans doute que chacun peut potentiellement trouver dans leurs chansons quelque chose à faire résonner. Alors, si c’est votre truc, il existe aussi d’autres alternatives et des solutions plus radicales dont je suis moins adepte. Néanmoins, si ça colle à ce que vous aviez vous même envisagé, sachez que pour passer à la vitesse supérieure BOSS est dans la place. Avec elle, ça va pas déconner longtemps.

Posant sur la pochette de son album « Born Gangstaz » en compagnie de gros calibres BOSS propose ni plus ni moins que de s’en servir pour tirer une grosse balle dans la teub de ceux qui s’obstineront à prendre les filles pour rien d’autre que des vides-couilles. Personnellement, le genre gangsta rap c’est moins mon délire (tout comme les solutions féministes radicales), mais « Recipe Of A Hoe » est une chanson superbe, définitivement une de mes préférées.

Queen Latifah - U.N.I.T.Y.

RETARD → Magazine - Queen Latifah - U.N.I.T.Y.

Des avertissements, des mises en garde, des menaces… et des recommandations ! Celle de Queen Latifah est claire : se serrer les coudes. Au début du clip d’U.N.I.T.Y on la voit fendre la foule et sortir super vénère en criant « WHO YOU CALLING A BITCH? », passage si euphorisant que parfois je le regarde plusieurs fois d’affilée en gloussant. U.N.I.T.Y est un morceau dénonçant toutes formes de harcèlement envers les femmes et notamment dans la rue. Un peu plus loin dans la vidéo on la voit d’ailleurs avec son plus beau short sur le derrière « I had my cutoff shorts on right cause it was crazy hot » marcher sur un trottoir et croiser trois mecs. C’est alors que l’un d’entre eux se permet de lui pincer les fesses, tranquillou. Pas de bol, Queen Latifah, c’est pas son genre de continuer sa route en baissant les yeux. Alors qu’elle demande qui s’autorise à lui squeezer les fesses l’air de rien, un des petits dudes lui envoie en riant « c’est moi grosse pute ! » et se retrouve avec Latifah qui lui rugit « QUI EST-CE QUE TU TRAITES DE PUTE ? » au visage. Fallait pas faire le malin.

Si le message de Queen Latifah est limpide, ce n’est pas pour autant qu’il est entendu… Roxanne Shanté par exemple est apparemment plus adepte du crêpage de chignons. Dans « Big Mamma » elle se targue d’être la première et la meilleure des rappeuses, alors que personne n’en a rien à taper de qui est la première à faire quoi. En tout cas, Queen LatifahMonie Love et Yo Yo s’en prennent plein la poire à tour de rôle. La cerise sur le gâteau étant l’attaque bien gratuite à MC Lyte et la rumeur de son homosexualité (le lot commun de toutes les rappeuses?) en lui lançant qu’une bonne grosse bite devrait lui faire du bien, classe. « Somebody tell her to stop acting like a man / She needs something real thick to help her out quick / (What?) And that’s a good piece of dick » … Mais les diss song ça fait partie du jeu et on pardonne à Roxanne en se disant que c’est de bonne guerre… et puis c’est vrai : Roxanne Shanté défonce un peu tout. La première fois que j’ai vu ce live, j’en ai eu des petits frissons de contentement. INCLUS une superbe punchline sur les boyfriends (des autres, mes prefs) « And I smile and make you boyfriend dick hard » avec encouragements de la foule en prime (vers 2:34). Je sais même pas comment c’est possible de groover autant rien qu’en récitant des trucs.

MC Lyte & Positive K - I'm Not Having It

RETARD → Magazine - MC Lyte & Positive K - I'm Not Having It

Si vous êtes adeptes de méthodes sans doute plus friendly (mais pas moins efficaces) voici MC Lyte. I’m not havin’ it est un morceau en featuring avec Positive K où elle tente d’expliquer à ce gros baratineur de comptoir (qui aimerait s’en payer une bonne tranche) que c’est pas la peine d’insister. MC Lyte tout comme Yo Yo faut pas les saouler en pensant que tu va finir par les tripoter dans un coin, nan nan, au mieux elles te pousseront elles-mêmes derrière une petite palissade mais en tout cas n’imagine pas que tu vas pouvoir jouer avec le Yo Yo de Yolanda à l’aise, comme toi, comme moi, comme nous toutes : c’est elle la propre chef de son Yo Yo !

Je suis déjà triste en pensant à toutes celles dont je n’ai pas parlé (mais je le ferai peut-être une autre fois!) c’est que ces filles, si TOUGH et libertaires, je m’en sens si proche ! … et quand je les entends, je ne peux pas m’empêcher de me sentir fière ! Et puis, puisqu’il ne faut pas oublier que mon hommage est aussi simplement un hommage aux belles chansons alors en voici une qui vient sans introduction, dont j’ai été bien incapable de déchiffrer la plupart des paroles, mais pour laquelle j’ai beaucoup d’affection.

D'Adore - Flow Like A River

RETARD → Magazine - D'Adore - Flow Like A River

Ah, et n’oublie pas : les filles du hip-hop seront toujours là pour toi, même en 2015. La preuve, alors que j’étais entrain de rédiger cet article, LA VIE m’a fait une bonne surprise : j’ai vu Kate Tempest aux Trans. Elle est arrivée, Kate Tempest, on aurait dit Ty Segall avec les cheveux plus longs et les yeux qui brillent et vous savez quoi ? C’est le truc le plus génial que j’ai vu depuis un bail.

Anna Wanda

Directrice Artistique et illustratrice
Anna est née en 1990 et se balade avec un collier où pend une patte d'alligator. Graphiste et illustratrice particulièrement douée (sans déconner), elle n'est pas franchement la personne à inviter pour une partie de Pictionnary. Toujours motivée et souriante, c'est un rayon de soleil curieux de tout et prêt à bouncer sur un bon Kanye West, tout en te parlant de bluegrass. Par contre, elle a toujours des fringues plus jolies que toi. T'as donc le droit de la détester (enfin tu peux essayer, perso j'y arrive pas). SON SITE PERSO: http://wandalovesyou.com