RETARD → Magazine

jeudi, 17 janvier 2013

MEET RICKY HOLLYWOOD

Par
illustration

Toute petite, j’habitais avec mes parents dans une ferme en Touraine, loin de toute trace de civilisation. Pas de frère, pas (encore) de soeur, pas de petits voisins ou autre compagnon de galère, j’avais compensé le manque flagrant de relation sociale par une vie intérieure plutôt fournie. Pourtant, loin de moi et de mon petit cerveau malade l’idée d’un ami imaginaire : je préférais largement avoir de longues discussions avec les animaux, les chiens comme les bébés canards. C’était trop bien.

J’ai beau avoir aujourd’hui 26 ans et avoir retrouvé un peu de bon sens, je reste persuadée que certains trucs se sont produits pendant cette période magique où le petit être trop choupi que j’étais vivait en communion avec la nature. A titre d’exemple, j’ai le souvenir persistant d’un après-midi de dimanche où les oiseaux de mon jardin ont chanté avec moi « Il est libre Max » pendant que je faisais de la balançoire. 

Pour être sure que je n’étais pas folle (oui, on a beau avoir quatre ans, on ne trouve ça pas vraiment normal que les animaux fassent des duos avec toi), je décidai d’appeler ma mère pour qu’elle constate nos superbes harmonies de voix. Quand elle a fini par apparaitre après mes nombreuses supplications, ces rats à plumes se sont d’un coup stoppé net. J’avais beau tout essayer, relancer le premier couplet, rien à faire. Ils étaient en train de s’amuser à me faire passer pour une débile aux yeux de ma génitrice, cette petite bande de salopards. 
Enfoirés d’oiseaux. Vous savez où vous pouvez dorénavant vous la carrer, votre amitié.
Quitte à passer pour une tarée, j’aurais mieux fait toute petite de faire comme tout le monde et de m’inventer un copain. Je l’aurais appelé Ricky Hollywood, un vrai nom qui tabasse. Il aurait été musicien, mais de l’espace, joueur de synthé-qui-crache-des-routes-arc-en-ciel-comme-dans-mario-kart. Je les aurais empruntés pour lui rendre visite sur la Lune pendant les récréations en moyenne maternelle et reprendre avec lui « Tout pour ma chérie ». (J’ai toujours bien aimé Michel Polnareff. Voilà. Ca va mieux en le disant).

Mais voilà, je ne l’ai pas fait, et le temps a passé. J’ai grandi. Je vais dorénavant travailler du lundi au vendredi dans un coin assez moche du gris Paris. Plus de balançoire, plus de jardin, les oiseaux préfèrent aujourd’hui chier sur mon manteau quand je sors du métro plutôt que de m’accompagner sur de la bonne chanson française. Les gens appellent ça la « vie quotidienne » et il parait que des fois c’est franchement chouette. Je pense sincèrement que c’est une rumeur.Dans cette dimension temporelle parfois assez chiante, pourtant, des trucs bizarres parfois apparaissent, petits moments magiques qui te font croire à un ailleurs, où ce qui pourrait se passer dans ta tête devient réalité. Comme le fait que, en vrai, Ricky Hollywood existe, que son synthétiseur crache bien des arcs en ciels, certes plus auditifs qu’autoroutiers, et qu’au lieu de jouer sur un satellite naturel de la planète terre difficilement accessible, il se produira le 26 janvier à l’Espace B en opening de notre Kara-okay.

On te laisse faire sa connaissance, et on te dit à la semaine prochaine, samedi 26. Par contre, on préfère te prévenir, si t’es un oiseau, tu rentres pas. Je suis rancunière, et J’AIME VRAIMENT PAS VRAIMENT ÊTRE PRISE POUR UNE CONNE. 

D’où vient ce nom de scène, Ricky Hollywood ?

Pour Ricky, ça vient de ça :

PIK & RIC - Rikiki pouce pouce

RETARD → Magazine - PIK & RIC - Rikiki pouce pouce
 

et de ça : 

Silver Spoons Ricky Schroder Alfonso Breakdance

RETARD → Magazine - Silver Spoons Ricky Schroder Alfonso Breakdance

Pour Hollywood, je ne sais pas, ça me semblait tellement absurde d’associer « Ricky » à « Hollywood ». Vraiment too much…même si aujourd’hui ça ne me paraît plus si dingue. 

Qu’est ce qui t’a décidé à faire de la musique ? Un groupe en concert, un CD ? T’as des influences ? 

Mon père, musicien dilettant, nous réveillait ma soeur et moi, au son du conga. Il faut dire que je suis né dans une clinique un peu new-age aux Lilas. La légende voudrait qu’on y passa l’album « Oxygène » de Jean-Michel Jarre au moment de ma naissance. C’est possible que cela ait joué. 

Tu joues de quel instrument ? 

Principalement, de la batterie, et un peu de conga à mes heures perdues. 

A quoi ressemble l’univers de Ricky Hollywood ?

 

RICKY HOLLYWOOD - Poster Moderne

RETARD → Magazine - RICKY HOLLYWOOD - Poster Moderne

C’est marrant, quand on dit « univers » en parlant de musique ça me fait vraiment penser à myspace en 2005, c’était le bon temps. Ricky c’est très « myspace 2005″ en fait, une chambre, un ordi et une mauvaise connexion internet.   

Comment penses tu m’aider sur mon développement personnel ? (Ricky Hollywood gère le service de développement personnel sur Facebook)

Je peux t’aider à te reconnecter avec le truc essentiel de ton choix. Mais je ne le fais pas exprès, je ne peux pas t’expliquer précisément. 

Quelle est la critique musicale que tu aimerais lire sur toi un jour ?

« Ce type peut vous reconnecter à un truc essentiel de votre choix, vous ne savez pas comment il opère et lui non plus : 10/10″ 

On écoute quel morceau de toi la première fois qu’on découvre Ricky Hollywood ?

http://rickyhollywood.bandcamp.com/track/empty-fridge

Un de mes tracks fondateurs. Il est en anglais pourri et parle de mon cousin américain Johnathan dont j’avais la photo accrochée à mon frigidaire. Sur cette photo il courrait un marathon à Chicago, il avait l’air d’un grand sportif balèze, et je me disais qu’il faudrait que je le rejoigne bientôt, aux US.A.

Je ne l’ai toujours pas rencontré. C’était une époque où je ne pouvais pas vraiment t’aider sur ton développement personnel, je pleurais beaucoup mais je travaillais la musique comme jamais. C’était plutôt pas mal. 

Tu collabores avec Arne Vinzon (le mec de Lente Depression, un morceau trop génial) : il est chouette ? 

Oui oui il est chouette, il est doux comme un wapiti. Ce sont ses clips « garden made » qui m’ont marqué et puis quand j’ai entendu « Les Otaries » via mon ami Hypo, je me suis dit, « Houla, ce mec, il en a des choses à raconter. »

Ricky Hollywood - Je t'éclate la gueule @ Le Bouillon Belge

RETARD → Magazine - Ricky Hollywood - Je t'éclate la gueule @ Le Bouillon Belge

Tu pratiques le Karaoké ? 

Non, pardon :/ 

AH BAH BRAVO SUPER. Je m’en fous je demande quand même : j’ai toujours pensé qu’il y avait deux écoles du Karaoké. Les Goldman et les Berger. T’es de laquelle ?

Je pense que je serais Goldman car je connais mieux et il est beaucoup plus drôle à imiter avec sa voix qui menace toujours de décrocher quand il veut aller dans les aigus. Haha il me fait bien goleri, moi qui couvre plus de 5 Octaves. Tu ne penses pas qu’il y a Balavoine aussi ? 

Putain, c’est vrai, il y a Balavoine aussi. Mais c’est les cheveux dans la nuque, ça me perturbe. Enfin bref. Est-ce que tu vas faire un effort de tenue pour le 26 ? C’est pas que je considère que t’es mal habillé, c’est juste pour savoir.

Peux-tu m’y aider ?  

Mec, j’ai érigé la paillette en dresscode. Evidemment que je peux t’aider. Mais parlons de tes projets. T’as prévu quoi pour 2013 ?

 Je ne projette plus, ça me rend malheureux. 

Merde. Je voulais pas te déprimer. Allez, sois pas triste, si tu veux on aborde le sujet que tu veux.

Je pense qu’il y a aussi l’école Voulzy au karaoké, quand tu y penses, le mec il ne fait pas de chichis, il chante straight, sa voix est géniale, ses mélodies d’enfer, ses paroles cools. Il a un feeling west-coast on peut dire, moins pathos et pourtant très émouvant. 

Ouais…Voulzy…Je sais pas trop. Est-ce que cela inclut forcément Alain Souchon ?

RICKY HOLLYWOOD - Pour ton anniversaire Woho !

RETARD → Magazine - RICKY HOLLYWOOD - Pour ton anniversaire Woho !

Marine

Leader Autoritaire
Marine est née en 1986 et vit avec un petit chien trop mignon. Après avoir joué avec des groupes de filles ultra classes d'après les autres membres (Pussy Patrol/Secretariat/Mercredi Equitation), elle gagne sa vie en écrivant sur des sujets cools et se la pète déjà un peu. Ca ne l'empêche pas de traîner en pijama dégueulasse le dimanche en essayant de twerker mal sur du William Sheller. L'AMOUR PROPRE C'EST DÉMODÉ OKAY.

Anna Wanda

Directrice Artistique et illustratrice
Anna est née en 1990 et se balade avec un collier où pend une patte d'alligator. Graphiste et illustratrice particulièrement douée (sans déconner), elle n'est pas franchement la personne à inviter pour une partie de Pictionnary. Toujours motivée et souriante, c'est un rayon de soleil curieux de tout et prêt à bouncer sur un bon Kanye West, tout en te parlant de bluegrass. Par contre, elle a toujours des fringues plus jolies que toi. T'as donc le droit de la détester (enfin tu peux essayer, perso j'y arrive pas). SON SITE PERSO: http://wandalovesyou.com