RETARD → Magazine

mardi, 08 janvier 2013

LA BOXE

Par
illustration

 “TIN TINTINTIN TINTINTIN TINTINTIIIIIIIIN”  Rocky

Le sport c’est l’antidote à des tas d’angoisses, tu sais ça et tu décides de te prendre en main. Dans le supermarché du corps et du tonic parisien, l’aventurière voulant se faire du bien en ayant mal n’a que l’embarras du choix. A l’aveugle et sans GPS, tu t’élances dans la jungle des villes et des associations sportives  à la recherche d’un bonheur ô combien exutoire.
Cet article est pour toi, Homme ou Femme de bien que rien n’effraie (surtout pas l’idée de voir s’écouler, par décalitres, ta précieuse sueur), pour toi  Femme dont les ovaires ne frissonnent guère à la pratique décadente d’une quelconque gymnastique venue tout droit de nos amis nordiques, du yoga bikram et autres activités trendy-girly. Pour toi, qui aimes à te croire inapte à la fréquentation forcée des vestiaires déshumanisants et concentrationnaires d’une piscine parisienne (donc bondée), à ce frôlement disharmonieux de corps quasi-nus et encore verts et enfin à supporter la seule espèce qui semble y voir son habitat naturel : j’ai nommé l’Aldo Maccione du grand bain, qui, quand toi et ta tête de capote en goguette vous reposez au bout de votre couloir,  fait vibrer au rythme du tube du moment à plein volume (oh, supeeer, j’ai pas fait gaffe, je suis venue à l’horaire du cours de gym aquatique) son pectoral -bonnet B- ruisselant, avec un clin d’œil qui crie braguette.

Black Eyed Peas - Boom Boom Pw

RETARD → Magazine - Black Eyed Peas - Boom Boom Pw

   

Enfin, c’est aussi pour toi qui a versé une larme devant Rocky Balboa, alors que Sylvester n’y fait usage que de deux expressions faciales figées (Content/ Pas Content). T’en fais pas mon petit loup, tout va s’arranger, ton fiston, y va te pardonner. Tais-toi médisant critique ciné de Télérama, Stallone a su balayer le superflu grimaçant des acteurs cabotins pour finalement atteindre l’épure, point.

Pour toi, j’ai testé le cours de BOXE FRANÇAISE, autrement et traditionnellement dénommée « LA SAVATE ».

Avant même d’avoir pu esquisser les premiers pas d’un combat que tu prévois plein de testostérone et truffé de ralentis guerriers, la bataille commence déjà quand tu t’attèles à la fastidieuse tâche de trouver un club à la hauteur de ta fougue, digne de ta volonté de fer ; car oui, tu as tranché: aucun autre sport désormais ne trouve grâce à tes yeux. La boxe est Tout : légèreté, rapidité, adaptabilité à l’autre, endurance, violence sublimée, sex-appeal.Novice en matière de quête du Saint Graal, tu te présentes d’abord à une bonne femme paraît-il ex-championne de France qui te renvoie à ta solitude, sous une pluie battante, sous prétexte (quoi « légitime » ? fallacieux !) que commencer un sport en novembre hé ben c’est un peu tard, que maintenant y a trop de monde, mais que (croyant te faire une proposition que tu ne pourras pas refuser) si-tu-veux-payer-d’avance-pour-toute-l’année-sans-faire-de-cours-d’essai-y-a-d’la-place-finalement. Pas bête la guêpe, tu refuses cette méprisable arnaque à peine digne d’un pigeon d’élevage et ne pense qu’une chose : Toi, vilaine championne, avec ton 1mètre20, laisse-moi aller prendre 1 an (9 ans? Ok…) de cours et je reviendrai venger mon honneur bafoué à coups de latte. Adios, mécréante, je ramasse un épi de blé, me le cale entre les dents et remonte sur mon cheval sans un regard de plus. En avant Jolly Jumper, enjambe ce futur cadavre.

Ennio Morricone - Ecstasy of Gold (The Good, the Bad, the Ugly)

RETARD → Magazine - Ennio Morricone - Ecstasy of Gold (The Good, the Bad, the Ugly)

Indiana Jones never gives up. T’as une carte RATP, t’as des pieds (des chaussures qui prennent la flotte en l’occurrence), et la foi d’un rugbyman au choc de la mêlée. Telle la mouche qui, ô malheureuse, prendrait du vinaigre pour une lanterne dans la tempête du pauffinement (tiens, ce mot n’existe pas ?) corporel, tu crois avoir trouvé ton bonheur au sein d’un Vrai Club, avec un grand C, avec des sacs de frappe rutilants, des hommes rutilants (bodybuildés), des femmes rutilantes (catalogue NIKE printemps-été 2012), des lutteurs rutilants au rez-de-chaussée qui semblent se figer dans des poses hautement suggestives dès que ton regard de biche s’attarde sur leurs empoignades de machines…  bref, ça renifle la sueur et le cul, ça sue des hormones, ça a 60 cm2 pour bouger et développer son jeu de jambes, mais c’est beau comme un magazine. Ça y est, tu as trouvé !

A little victory dance by Carlos Solis

RETARD → Magazine - A little victory dance by Carlos Solis

Hé ben voilà. 1H30 plus tard, tu quittes ce camp d’entraînement de G.I.’s, pétrie de douleurs d’avantage dues aux pompes et aux abdos finals qu’à la pratique de la boxe elle-même, Nique sa mère ce gros naze de coach qui bouge pas son cul de sa chaise et qui balance toute les 4min, avec l’entrain d’une annonce SNCF : « On change de partenaire ». On t’y reprendra pas, c’est la mort de l’art, « et puis tu l’as vu la blonde avec ses piercings aux tétons qui se prend pour Lisbeth Salander version botox ? » Over. Tu remballes ton survet’ qui goutte et sors encore fumante te choper une rhino par -3. Balec, tu oublies le soir-même ta quête devant Tootsie, enterrant ainsi tes abdos en compote avec panache. Dur est le chemin semé d’embûches du samouraï des temps modernes mais inflexible est sa motivation, toi-même-tu-sais bébé.

It Might Be You - Theme from Tootsie Movie Stephen Bishop

RETARD → Magazine - It Might Be You - Theme from Tootsie Movie Stephen Bishop

Enfin, fatiguée de ce véritable safari (tu regrettes, avec le recul, de ne pas avoir emmené ton arc et tes flèches chez les G.I.’s du Canal St-Martin, pour la chasse  aux bobos), tu pénètres l’Eldorado de la Savate, un gentil club de banlieue où y a pas 150 vitrines de Noël autour, où à 23h y a plus personne dans la rue et où tu te demandes, en secondes, combien tu mets pour dégainer ton protège-dents à la première embrouille, où la cabine téléphonique au coin, impudique,  expose son squelette ; dans des locaux à l’ambiance chaleureuse d’une bonne maison de quartier. 3H de cours mixte où chacun se dit bonsoir en se grattant les couilles, où tu apprends à « savater » donc avec endurance et respect homme, femme, petit, gros, boiteux, etc. Tu sors comblée de ces affrontements civilisés dans lesquels tu laisses un peu aller ta barbarie. UPPERCUT/CHASSE FRONTAL/CROCHET/DIRECT/FOUETTE LATERAL/DIRECT… Tu calmes tes préjugés direct : NON, ce gros balèze avec carrure Oxmo Puccino en option n’est pas un méchant pitbull, il n’est que miel et douceur et dès le 1er échange de coups te confie en loucedé quelques rudiments à travers son protège-dents baigné de salive. Tu le salues, la main qui part du cœur, Force et Honneur bro’. OUI, ce gamin anorexique de 14 ans sur lequel tu t’es ruée parce que tu le croyais une cible facile t’as mis minable puisqu’en fait il est champion de France Junior et vient à tous les cours de la semaine. Aïe, doucement bambino. Alors oui, malgré tes gants tout neufs et ton sac Everlast (parfois tu penses à poser en tenue de combat pour ta photo de profil…et tu oublies de tenir ta garde), tu prends des nions dans ta gueule, t’en chies pendant 2 jours après pour monter les escaliers, mais tu es fière d’être de ceux qui dansent sur un ring, un pistolet chargé, et pas de ceux qui creusent. T’es un poor lonesome cowboy, mais c’est ça qu’est bon. Le sport, c’est l’antidote à des tas d’angoisses. La vengeance aussi : je te retrouverai, mécréante.

Le monde se divise en deux catégories

RETARD → Magazine - Le monde se divise en deux catégories

Elia

Elia a 24 ans et la race de bouquins de Jim Thompson dans sa bibliothèque. D'origine marseillaise (NON JE FERAIS PAS L'ACCENT), elle a suivi des études de lettres et s'est ensuite lancée dans le théâtre. Elle est actuellement au Conservatoire de Liège, où on espère qu'elle prendra pas un gros cul (les gaufres et le chocolat MAZETTE. Comédienne, on adore aussi sa manière d'écrire, et on est bien contentes que James Gray ne l'ait pas encore appelé : ELLE A ENCORE DU TEMPS À NOUS CONSACRER DU COUP.

Bill Van Cutten

Bill a 31 ans et un chat qu'il aime beaucoup, même si il n'en est pas le papa biologique. Quand on l'a rencontré, il avait une boucle d'oreille et se tapait nos balances dégueu (il était ingé son à l'Espace B). Aujourd'hui installé à Montpellier, comme Nils, il a toujours une boucle d'oreille, est professeur de dessin, continue son projet musical Hyperlion, travaille sur un film d'animation et nous envoie en avance ses illustrations aux couleurs qui émoustillent les rétines. Oui, tout à fait, il a le temps de faire tout ça. Alors nous fais pas chier quand tu veux un "délai".