RETARD → Magazine

jeudi, 10 novembre 2011

LE FESTIVAL INCONTOURNABLE D’ASPIRANTS CONNARDS

Par
illustration

Je ne sais pas quelle image vous avez des filles qui écrivent pour Retard. Je cultive l’espoir que vous nous imaginez un peu comme j’imagine Alain Pacadis* dans les années 80 : classe, cultivé et rentre dedans, invité aux endroits ou il faut être et qui en font de savoureuses retranscriptions sur un coin de bureau pourri submergé de bouquins et d’anecdotes croustillantes entre deux cuites douloureuses. Un portrait assez éloigné de la meuf avec plein de trous dans son collant, qui note ses idées d’article le dimanche avant d’aller jouer au frisbee avec son chien (qui ne sait pas les ramasser) et qui rentre avant la nuit pour regarder les Experts. Je ne vous dirais pas quel est le plus ressemblant. Mais bon, juste pour que vous le sachiez, genre, le 19 octobre, j’avais mon carton d’invitation spécial pour l’inauguration de la FIAC, alias la FOIRE INTERNATIONALE D’ART CONTEMPORAIN. Donné gentiment par ma boss. Merci Caroline.

Pas le lambda. OH NON. J’avais celui qui m’a fait passer à côté de la plèbe et de son carton tout pourri et qui l’a doublé pour aller boire du Champagne au stand Orange, à l’étage, pour me sentir encore un peu plus connasse supérieure.Car la FIAC, et surtout la soirée d’inauguration, c’est the place to be pour tous les connards un peu dans l’art, la culture, bref, tout ce qui en jette mais qui fait quand même ces courses au ED du coin, discretos en rentrant tard du boulot. Je suis (un peu) comme ça, et comme toute morue arty/hipster, je déteste les autres morues arty/hipster. C’est donc pour cela que 

JE VAIS PASSER TOUT CET ARTICLE A ME MOQUER DE TOUS CES CRÉTINS DE LA SOIRÉE D’INAUGURATION

Vu que j’étais seule (carton pour 1 personne, merci les copains), que je ne suis pas spécialement calée en art contemporain et que donc je me suis un peu fait chier entre deux coupettes et des toasts au fromage de chèvre, j’ai donc classé tous les gens que j’ai croisé à cette foire au jambon de l’art, où la bidoche est remplacée par du Murakami* qui pique, et la scénographie signée Karl Lagerfeld. 

Quand tu as un problème de créativité, appelle Karlou, il résout tout.

Et comme, en plus, je suis une langue de pute organisée, je les ai donc regroupé par tranche d’âge. 

20 ANS :

Englobe tous les crétins d’étudiant en beaux arts, en art appliqués, en médiation culturelle, bref, tous les diplômes qui ne filent pas de boulot. Regroupe aussi les « Assistants », et les gars qui ont un titre en anglais intraduisible du genre « Project Manager ». Pas de thunes, tu compenses ça par un look arty négligé, appelé aussi « Look emmaüs » par mon collègue de travail Arnaud. Tu mélanges fripes un peu dégueu qui grattent et slim acheté chez Uniqlo, parce que tu te reconnais pas dans la mode actuelle, tu vois. T’as pas prévu d’acheter grand chose (tu paies encore ton crédit surcouf pour ton mac premier prix, comme un gros bouffon), donc tu es ici pour voir et être vu. Tu t’es donné beaucoup de mal, dis moi. Plein de bijoux cheap mais tu sens quand même le savon acheté chez Lush. Bien joué poney, j’ai failli y croire que t’étais important. Si tu es un garçon tu es tout maigre et tu fais la gueule, si tu es une fille tu es un chaton tout maigre et tu fais aussi la gueule. Arrêtons de mentir. Je suis dans cette catégorie. Sauf que moi j’ai pas arrêté le Galak pour être torturé. On peut faire les deux en même temps, j’t'assure.    

30 ANS :

Ça y est , tu as réussi à progresser dans l’échelle de la vie. Tu as profité d’un congé maternité de ta boss pour lui piquer son boulot et sa galerie et tu as bien fait. De toute façon, grosse comme elle était, il y avait plus grand chose à en faire, ça faisait fuir les clients. Par contre ta vie privée sent un peu la merde, donc tu es venue avec une copine qui te ressemble tellement qu’on dirait que la vie a fait un pomme C pomme V. Ou bien accompagnée du mec que tu kiffes beaucoup mais qui marche pourtant à 60 centimètres devant toi

« je voudrais pas qu’on croit qu’on est ensemble, tu comprends »

Tout en te sautant pourtant régulièrement.La tête haute tu portes du noir, blanc ou gris décliné soit en Isabel Marant soit en Margiela, tu as de grosses lunettes à montures et tu sens des parfums qui ne sortent qu’en édition limitée. Ta tenue est tellement la même que tous tes copains qu’on dirait un costume mais alors PORTER UN COSTUME CA C’EST POUR LES CONNARDS DE TRADERS. Tu fais des coucous tous les 3 stands aux autres individus de ton espèce, avec un sourire pincé. Parce que tu fais toujours la gueule. La peur de l’apparition des rides. 

40 ANS :

Ouuuh Pouvoir d’achat ! Depuis que les actions de papa se sont cassées la gueule, tu t’es promis de ne pas reproduire l’erreur, non non non. Tu investiras dans l’art contemporain. Après avoir réussi à te marier avec le mec qui marchait loin devant (tu as profité d’un moment de panique dans sa vie ou il se demandait si il allait terminer tout seul ET BIM 7 mois plus tard tu caressais Princesse, le chien de sa mère devant le feu de cheminée de leur chalet à Val Thorens) et de lui avoir fait un gamin au prénom de merde dans la foulée, tu déambules à la recherche d’artistes émergents pour voir ce qui en jettera le plus dans ta salle à manger de la rue des Martyrs. Tu évites les gens que tu connais sur les stands, de peur qu’ils te demandent du boulot et de leur présenter Cyprien Gaillard*, cet artiste IN-CRO-YABLE. Tu commences à mettre de la couleur sur tes fringues Yohji Yamamoto, (mais qu’un carré Hermès, le reste c’est nul), ton mec ressemble à la couverture de monocle. Tu fais TOUJOURS la gueule

« Qu’eeest ce que c’est bruyaaant, on devrait plutôt passer mardi à la galerie de Kamel (Mennour hein, pas Ouali) plutôt qu’aller à cette foire à la volaille »

50 ANS :

Merde, tu as vieilli. Alors, entre deux cours de Pilates, tu vas faire le bisou à ton chirurgien esthétique à Boulogne, qui t’adore depuis que tes opérations ont pu lui offrir sa piscine à débordement dans le Lubéron. Résultat, on a un peu l’impression que tu es venu en dragster au Petit Palais tellement ta peau est tendue, et ton nez semble être un lointain souvenir. Tu ne fais plus la gueule, t’es tellement tirée que tu as l’air constamment épanouie. Merci Docteur. Niveau fringue ça pique un peu des yeux, tu t’es tourné vers les créateurs italiens et tu n’aurais pas du. Personne ne le devrait d’ailleurs. Le léopard façon Donatella Versace, accompagné de couleurs fluos avec un sac Chanel ca me donne un peu envie de mourir. Tu es riche, donc venu pour parier sur la chair fraiche de l’art contemporain, que tu espères un peu choupichoups pour conclure pendant le Bal Jaune* en lui promettant que tu vas acheter sa grosse daube de jeune artiste prétentieux. Si tu es un homme tu es moins refait mais tout aussi bronzé, et tu tapes dans la même tranche d’age pour remplacer ta femme qui ne te fait plus rien depuis qu’elle ressemble à Jacqueline Wildenstein. Ils sont où alors, ces petits chatons à nourrir ? VENEZ VOIR PAPA

Jacqueline, ske t’es choupette, jte jure..

60 ANS ET PLUS :

Samantha 31 ans, ton ex femme, est partie avec tes tirages de Cindy Sherman* et Julio, le jardinier de votre maison à Capri. Tu as lâché l’affaire, et tu ressembles un peu à un vieux psychopathe, Charles Bukowski en puissance, mais nageant dans un océan de fric. Stand après stand, tu te bourres la gueule chez les différents galeristes qui t’aiment tous beaucoup depuis que tu négocies plus les prix, et te permets des remarques un peu graisseuses à tous les bébés de l’art contemporain qui la ferment en attendant que tu pousses leur candidature au prix Marcel Duchamp*. Habillé n’importe comment, tu n’as plus rien à prouver à personne, et si tu le pouvais, tu remonterais l’allée B à poil en faisant la chenille avec des amis invisibles et Maurizio Cattelan*, parce que ça, c’est vraiment décadent et provocateur. Tu conchies ce monde ou l’art et la thune se sont mélangés, où les artistes sont des produits marketés mais bon, c’était ça ou la rediffusion de Julie Lescaut à la télé. Allez, pleure pas. Tu reprendras bien un petit toast au fromage de chèvre ? C’est moi qui t’invite.  

LEXIQUE POUR TOI, JEUNE INNOCENT DE L’ART CONTEMPORAIN 

Alain Pacadis : Chroniqueur mondain des années 80. Une plume acide et des textes bien tournés, on la un jour retrouvé pendu, surement par l’un de ses amants. La compilation de ces textes est sorti sous le titre de Nightclubbing. Notre Lester Bangs no Wave.

Murakami : tu as vu ces fleurs inspiration Manga sur tous les Vuittons des touristes et les copies pourries de tes copines de lycée début 2000. Depuis, c’est une grosse resta de l’art contemporain.

Le Bal Jaune : soirée organisée par Ricard pendant la FIAC où il faut ABSOLUMENT ÊTRE. Dans les allées, tout le monde te demande si t’as ton carton. Tant pis pour toi si tu l’as pas.

Cyprien Gaillard : Prix Marcel Duchamp 2010, photographié dorénavant par Terry Richardson et artiste Land Art. Il expose actuellement à Beaubourg.

Prix Marcel Duchamp : le prix à avoir quand tu es un jeune artiste, ca t’ouvre plein de portes de la mort (dont une exposition monographique au Centre Pompidou). La remise du prix se fait pendant la FIAC.

Kamel Mennour : Galeriste ultra hype de Paris : ces poulains se vendent des MILLIONS. Il s’occupe par exemple d’Araki ou de Martin Parr. Dans le même genre, Perrotin, plus blinbling, qui fait du mobilier avec Pharell Williams et gère Murakami (cité plus haut). A surveiller aussi Gagosian, pour le haut du panier (il s’occupe de Damien Hirst). T’es sur avec les 3 de pas te planter.

Cindy Sherman : Photographe dont les réalisations battent tous les prix en maison de vente.

Maurizio Cattelan : Le gros chieur de l’art contemporain comme on les aime. Ça l’empêche pas d’être de toutes les expositions en disant à chaque fois que c’est la dernière fois.

Monocle : Magazine ULTRA HYPE anglais mais illisible qu’il faut absolument avoir sur sa table de salon. Après, on te demande pas de lire les articles. Personne le fait de toute manière.

Marine

Leader Autoritaire
Marine est née en 1986 et vit avec un petit chien trop mignon. Après avoir joué avec des groupes de filles ultra classes d'après les autres membres (Pussy Patrol/Secretariat/Mercredi Equitation), elle gagne sa vie en écrivant sur des sujets cools et se la pète déjà un peu. Ca ne l'empêche pas de traîner en pijama dégueulasse le dimanche en essayant de twerker mal sur du William Sheller. L'AMOUR PROPRE C'EST DÉMODÉ OKAY.

Anna Wanda

Directrice Artistique et illustratrice
Anna est née en 1990 et se balade avec un collier où pend une patte d'alligator. Graphiste et illustratrice particulièrement douée (sans déconner), elle n'est pas franchement la personne à inviter pour une partie de Pictionnary. Toujours motivée et souriante, c'est un rayon de soleil curieux de tout et prêt à bouncer sur un bon Kanye West, tout en te parlant de bluegrass. Par contre, elle a toujours des fringues plus jolies que toi. T'as donc le droit de la détester (enfin tu peux essayer, perso j'y arrive pas). SON SITE PERSO: http://wandalovesyou.com