RETARD → Magazine

vendredi, 24 juillet 2015

NIQAB, HIJAB POURQUOI (PAS)?

Par
illustration

Suite de Niqab, Paranja, Tchador et tous les autres.

Je me lance aujourd’hui dans un sujet qui fait toujours mouche et qui reprend du poil de la bête depuis quelques temps. Un sujet qui est dur à délimiter et à cerner. Je ne suis pas une experte et je ne le serai jamais puisque le sujet n’est pas une science exacte et qu’il n’y aura jamais une seule réponse à ce qui fait déjà débat depuis des années. Je me dois de vous dire que je ne suis pas sociologue ni théologienne. Ceci, pour couvrir quelques extravagances de langage, qui de sa sémantique et son vocabulaire ne sera qu’approximatif, mais je l’espère juste dans certaines oreilles.

Mais voilà, j’ai mon petit intérêt secret pour le niqab et autre voile dit « intégral » dans ce qu’il peut symboliser et en tant que vêtement. Ce niqab est ce que nous français appelons burqa, mais à tort.

Cet article sera divisé en trois parties.

Dans la première, j’ai parlé vocabulaire et histoire du vêtement. Djellaba, Hijab, Haik, Burqa en passant par le Burkini et le plus récent Frumka juif.

Aujourd’hui, je vais parler des avis partagés sur le(s) voile(s), que je soulignerai de vidéos (témoignages, documentaires et tutoriels).

Et enfin je vous parlerai dans la troisième partie de pop culture autour du Niqab et autres voiles.

Si on parle de voile à nos mères, le sujet du droit des femmes arrive très vite sur le tapis. « Non mais Elsa, tu comprends pas ! On s’est battues dans les années 70 pour que la Femme soit libre de ses choix et de son corps. Qu’elle ne soit pas vue comme un objet et qu’elle soit l’égale de l’homme ! ». Je comprends maman, mais si j’y réfléchis un peu, une femme qui porte PAR CHOIX un niqab (voile intégral qui laisse apparaître les yeux) n’est-elle pas libre de son corps ? Je veux bien reconnaître qu’il y a des femmes qui portent le voile de force, par pression religieuse et familiale. Seulement, après avoir passé des heures à regarder des vidéos (reportages, témoignages, tuto) je ne trouve pas la femme au niqab imposé en France sur la toile. Je sais que certains me diront « Meuf, si elle porte le voile de force, elle va pas faire des vidéos youtube ! ». Et là j’ai envie de vous dire arrêtez de faire des femmes un être fragile et sans pouvoir de décision.

J’ai lu sur le blog de Médiapart

« Il y a pour vous le « prêtre », « l’imam » dont le « référent » religieux ne vous « gêne » pas, mais « de voir des civils (!!!) ainsi déguisés (vous) rend malade ». Les musulmans n’ont pas de clergé (à part dans le chiîsme), autorité religieuse par opposition au bras séculier, comme on dit. Chacun et chacune interprète les règles comme ils veulent (dans des cadres culturels bien connus). » (1)

J’ai lu sur internet, entendu à la radio et à la télé des femmes qui disent « je ne comprends pas ces femmes qui portent le voile intégral, qui se cachent à nos yeux, qui ressemblent à des fantômes et font tout pour se faire discriminer et qui ne comprennent pas pourquoi elles le sont ! » Heu.. Je ne suis pas sûre de comprendre… Comme si le raisonnement pouvait être le suivant :  »Allez les gars, j’ai pas mal envie de mettre un voile intégral pour qu’on me rejette ».  Vous les discriminez ouvertement, alors qu’elles font le choix de faire ce qu’elles veulent de leur corps, comme vous l’avez prêché.

« Le port du voile est (…) perçu comme la volonté de faire passer des valeurs religieuses avant celles de la société » (2)

Ce qui renforce les différences, que la république tente d’atténuer avec sa sécularisation. Mais qui a tort ? Qui est-ce qui renforce les préjugés ? Ceux qui affirment leur religion ou ceux qui pensent qu’elle est imposée au regard d’autrui ? La question se trouve t-elle donc dans « avons-nous le droit de porter ce que l’on veut au nom de la liberté d’expression ?» ou « avons-nous le droit de montrer en public notre religion par des signes dit « ostentatoires » au risque de nous faire discriminer ? » Les questions sont proches. 

Je n’ai jamais parlé aux femmes portant un voile intégral. J’ai vu des documentaires qui essayaient de découvrir si elles le portaient par choix ou s’il était imposé. Oui, je ne vous apprends rien, il faut faire la différence entre ce que nous disent les médias et la réalité. Surtout en 2011, quand son port a été interdit dans les lieux publics de France, le sujet s’était un peu invité comme un cheveu sur la soupe. Tout le monde s’en foutait et BAM c’est devenu LE sujet qui pique. Le gouvernement français (enfin Nicolas Sarkozy pour être exact) avait dit à l’époque que c’était « une nouvelle forme d’asservissement qui n’est pas acceptable sur notre sol ».

« Sous la Burqa », un film d’Agnès de Féo, n’arrive pas à montrer que les femmes portent le niqab de force. Des sociologues et intellectuels donnent leur avis, souvent très partagés et beaucoup de femmes voilées (hijab, niqab, burqa) témoignent. La barrière que l’on croit si grande, n’est en fait qu’un préjugé. Je le redis, je n’ai jamais parlé aux femmes voilées (je n’en croise presque jamais) comme je ne parle pas aux inconnus sans avoir une réelle raison… Mais si ça devait arriver, je pense n’avoir aucune appréhension à le faire. Et aussi bizarre que cela puisse paraître, les femmes qui portent le niqab par choix se disent souvent féministes.

SOUS LA BURQA d'Agnès De Féo

RETARD → Magazine - SOUS LA BURQA d'Agnès De Féo

On est les seuls pays au monde avec la Belgique  et les Pays-Bas à l’interdire dans tout le pays. Il y a quelques villes en Russie, Chine, Italie, Espagne qui l’interdisent aussi..Dans une société où la multitude de choix, la consommation et l’apparence prévalent sur l’esprit et la personnalité, certains s’en remettent à Dieu pour redonner un sens à leur vie. Sartre ne me contredira pas sur cette question que beaucoup se posent : pourquoi moi ? Pourquoi ai-je été choisi pour être sur terre et quelle est ma mission ? Aussi bizarre que cela puisse paraître, porter le niqab est une façon pour elles d’être respectées, de vivre dans la modestie et de n’être jugées que sur leur personnalité.  Elles décident de le porter, bien qu’elle subissent des regards de haine, des réflexions par celles et ceux qui ne les comprennent pas. Porter le niqab (et sa recrudescence depuis l’interdiction du port du voile dans les écoles en 2004) est associé au seul lien qui les rattache à leurs racines et à leur culture. Bien entendu les raisons sont diverses ; beaucoup le portent par choix bien que leur mari ne soit pas pour, d’autres suivent leur version du Coran à la lettre. 

Là où la volonté de porter le niqab en France pêche un peu trop pour moi, est quand leurs sœurs de religion en Afghanistan essaient de s’en libérer et n’ont pas les pays occidentaux pour les soutenir. (En Afghanistan, le burqa est imposée par le talibans). Seulement, elles ne le portent pas pour les autres mais pour elles-même, pour Dieu et contre le regard des hommes.

Pour celles qui se convertissent à l’Islam et décident de porter un niqab, il y a de tout. Celle qui est tolérante envers celles et ceux qui ne pratiquent pas, et celle qui pense que sa vérité est la seule et qui roulera les yeux en te voyant en mini short, bière à la main. On est tous différents, tous plus ou moins tolérants, alors c’est de bonne guerre non ? La dernière fois que j’ai pris un co-voiturage d’ailleurs, je voyageais avec ce mec, très sympa. Il nous racontait qu’il avait arrêté de boire et de fumer des pétards depuis quatre mois. Je lui ai demandé quel avait été son déclic… BAM, il s’est converti à l’Islam. Le comble étant que sa famille est super catho, en mode croix accrochées aux murs de la maison et statues de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus à l’entrée. Pas la place, ou plutôt, pas la possibilité de ramener un tapis de prière au milieu du salon. Pour en rajouter une couche, sa sœur s’est marié avec un musulman, sans s’être convertie. Mais voyant son frère se baigner dans la religion, ça lui a donné envie de le suivre. Suivre les rituels religieux aide à rythmer sa vie, ses journées, aide à construire son esprit et autres bénéfices qui me sont hors de portée et de compréhension.  

Dans cette vidéo, ces meufs – à l’accent british très prononcé – expliquent pourquoi elles portent le niqab ou comment (essayer de) les comprendre en 3 minutes 40. Et elles sont bien marrantes. BAN NIQAB? Pourquoi?

INTERDIRE LE NIQAB. POURQUOI?

RETARD → Magazine - INTERDIRE LE NIQAB. POURQUOI?

Video en anglais, sous-titrée arabe.

Bon, elles disent aussi qu’elles n’ont pas envie de faire partie des statistiques sur le viol, qui est de 69 000 femmes contre 9 000 hommes par an. Mais si on y réfléchit bien, ça serait aux hommes de se révolter contre la burqa ou le niqab (ou celui que vous voulez). Cela peut être considéré comme une insulte : « Vous ne savez pas vous tenir, on n’a pas envie d’être violée, donc on couvre notre corps complètement. » 

C’est une interview entre deux femmes musulmanes, une pro-niqab et l’autre anti-niqab. Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir ou si vous voulez voir la vidéo en entier cliquez ICI.

video thumbnail

Dans le Coran, la phrase qui « justifie » le port du voile est cette phrase : 

« Ô prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles, elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées.» Traduit d’Ahmed Ali. (verset 59 de la sourate 33)

J’aimerai re-contextualiser cette phrase. On pourrait penser « What?? Il faut porter des vêtements amples pour pas qu’on nous qu’on nous dégrade ? ». À l’époque et malheureusement encore aujourd’hui, il y a des hommes qui ne sont pas éduqués dans le sens du respect de la femme. Dans le Coran, la femme est derrière l’homme et ça arrange bien le système patriarcal de ne pas adapter le Coran à la modernité. Ne me jetez pas la pierre Hommes, mais certains ont des progrès à faire.

Après, je ne dis pas que notre société judéo-chrétienne est mieux placée. Le droit de vote des femmes s’est fait tout juste après la seconde guerre (il nous en a fallu bien plus qu’une pour réaliser qu’on avait une voix) et nous avons fait notre petite révolution à la fin des années 60, il y a donc 45 ans environ. Nous ne sommes pas un exemple d’avant-gardisme. Oui oui, il n’y a qu’en Arabie-Saoudite que les femmes n’ont pas le droit au vote, mais ça arrivera un jour, c’est sûr.

Dans une lettre aux Corinthiens, (je ne sais pas trop comment ça marche les Épîtres…) Saint Paul recommandait aux femmes de porter un voile. En français dans le texte:

« L’homme lui ne doit pas se voiler, il est l’image de la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l’homme… voilà pourquoi elle doit porter la marque de sa dépendance »

ou

« Si la femme ne porte pas de voile, qu’elle se fasse tondre! Mais si c’est une honte pour une femme d’être tondue ou rasée, qu’elle porte un voile ! » (3)

Voilà, voilà. Bon, la différence est qu’elles doivent se couvrir seulement quand elles prient et vont à l’église, c’est pour cela que nonnes et sœurs ont toujours un voile. Rappelons que beaucoup de femmes de confession chrétienne, tout autour du monde portaient un voile sur la tête pour aller à l’église jusque très récemment. Un peu comme les musulmans qui ont une grosse barbe pour essayer de ressembler à Mohammed. Enfin, ils sont censés être comme ce que Dieu leur a donné. Saint Paul est donc peut-être le précurseur du port du voile islamique. Alors que les chrétiennes délaissent de plus en plus du voile, les intégristes musulmans à la fin du siècle dernier se l’approprient afin de renforcer les coutumes et de construire une société plus croyante (ou rigide selon d’autres).

Que se passe t-il dans le reste du monde ?

En Égypte, le régime est (supposément) laïque depuis 1952, où le port du voile intégral est interdit. Une femme entièrement voilée n’a pas le droit d’avoir accès à l’Université. En France, une fille juste voilée, n’a pas le droit d’entrer dans un établissement scolaire. Pour moi, c’est refuser à une catégorie de personne de s’instruire, lui demander de se formater aux mœurs laïques. Mais la laïcité, n’est-elle pas l’acceptation de toutes les religions et non sa négation ? L’école n’est-elle pas le berceau de la tolérance ? Le lieu où nous nous construisons et nous nous acceptons les uns les autres ?

Récemment, un journaliste égyptien a appelé les femmes voilées à se libérer de leur voile sur la place Tahrir. Il dit : 

« Quatre ans après la révolution de 2011, il est temps que les femmes qui ont été plongées dans une situation de semi-esclavage et de subjugation par cette société patriarcale se libèrent. » (4)

L’annonce a fait un gros flop. Là-bas aussi le port du voile (hijab) est un choix, ou plutôt il est culturel. Celles qui portent le voile, forcées par les « bonnes mœurs » du pays se sentent comme celles qui sont obligées de l’enlever à l’école en France. La révolution a aidé certaines femmes à communiquer via les réseaux sociaux, à parler d’un sujet jusqu’alors tabou ; le hijab. Le journaliste a fait un flop, parce qu’il impose sa vision de la femme aux femmes. Il a voulu ouvrir la voie pour que les femmes se « libèrent », mais les femmes veulent se libérer à leur façon et à leur rythme, si toutefois elles en sentent le besoin.

En Iran, le voile (Tchador ou Hijab sans un cheveu qui dépasse) est imposé depuis la révolution islamique de 1979. Mais il y a toujours deux clans chez les femmes.

35cj5tg

« Femmes  iraniennes, pieuses musulmanes toutes décemment vêtues de noir de la tête aux pieds, à la manifestation en faveur du  port du tchador et contre l’influence occidentale dans l’habillement, le 8 juillet 2011 à Téhéran. » (5)

et

celles qui se font arrêter par la police des mœurs…

33nzxas

Et comme je disais dans la première partie. Il y a un an, quelques iraniennes se sont révoltées en postant sur Facebook des photos d’elles tombant le voile. Vous pouvez voir la page avec toutes les photos ICI.

En Turquie – État musulman laïque – on empêchait les femmes de ministres portant le voile d’assister à certains événements politiques. Ce n’est qu’en 2010 qu’elles ont pu assister -et donc être invitées- aux cérémonies officielles, et c’est également la même année que les femmes voilées ont pu avoir accès aux établissements scolaires. La raison pour laquelle le port du voile à l’école a mis autant d’années à être accepté est que l’opposition laïque du pays avait peur que cela amène certaines régions du pays à le rendre obligatoire et de faire monter le port du voile intégral en Turquie. Le port du voile est un choix personnel. Le paradoxe étant qu’une femme voilée est souvent mieux vue, car elle est le symbole de la femme vertueuse et croyante.

Malgré ce que l’on peut croire, les meufs qui portent un niqab ont une vie ! Elles tiennent des blogs lifestyle et font même des vidéos sur youtube.

Celle-ci t’explique comment manger avec un Niqab. Le tout c’est de pouvoir boire à la bouteille et manger sans qu’une seule parcelle de la peau soit visible. La meuf mange des tacos au guacamole. Son Niqab est immaculé. 

MANGER AVEC UN NIQAB

RETARD → Magazine - MANGER AVEC UN  NIQAB

Vidéo en anglais sous-titrée arabe

Celle-ci montre qu’il est possible de faire pleins de choses et de s’amuser tout en portant un niqab. Tir à l’arc, à la carabine, équitation, toucher des dauphins ou encore dépecer un agneau. C’est d’autant plus classe que ça doit vraiment être difficile de faire tout ça, même avec des vêtements adaptés.

S'AMUSER ET PORTER UN NIQAB

RETARD → Magazine - S'AMUSER ET PORTER UN NIQAB

Vidéo en arabe sous-titrée anglais.

Un article est sorti récemment sur ces deux musulmanes de Seine-Saint-Denis qui font partie du mouvement des Femmes sans voile et qui racontent qu’elles sont stigmatisées et agressées verbalement au sein même de leur communauté. Elles essaient d’ouvrir le débat sur le port du voile et ses significations. Elles voient le voile comme un symbole de discrimination. Mais je trouve ça malsain de faire un hijab un symbole de soumission, si pour certaines c’est le respect d’une religion, d’une culture.

La question du voile ne peut pas se résoudre. Il me semble quand même incorrect de forcer des musulmanes à enlever leur voile, autant que de les forcer à le mettre. Le mouvement des Femmes sans voile ouvre le débat et ce n’est pas plus mal. Seulement, ceux qui se sentent les plus concernés sont les femmes, alors que les hommes devraient tout autant y prêter voix au lieu d’ignorer ou de rejeter. En posant la question, peut-être que certaines auront enfin l’opportunité de dire qu’elles portent le voile (hijab, niqab, jilbab) de force et de pouvoir enfin s’exprimer…

995071_1165207053493387_878230373508076418_n

« L’euphorique et incroyable moment où des syriennes arrachent leur robes strictes islamiques et leurs voiles après s’être échappées des persécution religieuses de Daesch »

En Afghanistan, où la burqa/tchador est imposé par les talibans, il y a des hommes et des femmes qui dénoncent cette pression et tentent de la faire supprimer. D’ailleurs, il y a trois mois à Kaboul, juste avant la Journée Internationale de la Femme, des hommes portant la burqa ont défilé dans les rues pour montrer leur désaccord et leur support aux femmes du pays.

En 2009 en Iran, des hommes portent le tchador pour soutenir un étudiant – Majid Tavakoli - qui s’était apparemment « travesti en femme » pour fuir après avoir fait un discours en public, dénonçant le régime tyrannique en Iran. Il devient un symbole de la lutte pour l’égalité des sexes dans le pays. Il est condamné à 8 ans de prison. (6)

tchador-au-masculin

Dans mon prochain et dernier article, je vais vous faire découvrir (si vous ne les connaissez pas) des artistes qui ont choisi de dénoncer ou de mettre en valeur le voile intégral.

http://blogs.mediapart.fr/blog/assmaa-rakho-mom/230115/la-femme-voilee-est-une-parano-episode-4 (1)

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-france-vrai-probleme-avec-islam-mais-pourquoi-francais-eux-en-ont-pas-remi-brague-guylain-chevrier-ghaleb-bencheikh-2175632.html (2)

http://clio.revues.org/488(3)

http://www.lemonde.fr/m-moyen-format/article/2015/06/17/l-egypte-tout-voile-dehors_4655971_4497271.html#DPTxT5Wfz7u2YT8O.99 (4)

http://www.as4b.info/bivouac-id/bivouac-id/billets/photos-iran-la-police-des-moeurs-fait-respecter-le-code-vestimentaire-islamique/comment-page-1/index.html (5)

http://iran.blog.lemonde.fr/2009/12/15/le-tchador-masculin-envahit-le-web/ (6)

Elsa

Elsa a 27 ans et a les chaussures roses de Barbie. Ex-batteuse de groupes de filles plutôt ultra classes ( Fury Furyzz et Mercredi Equitation), elle est plutôt agile de ses mains (hinhinhin). Elle vit maintenant à Bruxelles où elle est apparemment Interaction designer. Mais on ne sait pas ce que ça veut dire... Sinon, c'est aussi la meuf la plus gentille et choups du monde. Sauf si tu fais la chier, elle te tapera parce qu'elle aime bien avoir des bleus aux mains. Passions: le niqab, le caca et les paillettes.

Anna Wanda

Directrice Artistique et illustratrice
Anna est née en 1990 et se balade avec un collier où pend une patte d'alligator. Graphiste et illustratrice particulièrement douée (sans déconner), elle n'est pas franchement la personne à inviter pour une partie de Pictionnary. Toujours motivée et souriante, c'est un rayon de soleil curieux de tout et prêt à bouncer sur un bon Kanye West, tout en te parlant de bluegrass. Par contre, elle a toujours des fringues plus jolies que toi. T'as donc le droit de la détester (enfin tu peux essayer, perso j'y arrive pas). SON SITE PERSO: http://wandalovesyou.com