RETARD → Magazine

vendredi, 07 décembre 2012

TON SERIAL KILLER : ED GEIN

Par
illustration

Edward Gein alias Ed alias Eddy est, de loin, un de mes Serials Killers préférés. Les passionnés l’appellent « Le Boucher Fou », mais fou est aujourd’hui un mot bien trop faible. Je rajouterai donc « Le Boucher Pervers/Queer/Collectionneur Psychopathe »

(En outre, un homme charmant)

 Edward a une famille assez particulière. Pour être plus précis il a une mère un peu extrême.

Je vous explique le topo : Augusta, la Maman d’Edward, est une fervente croyante, une Catholique un peu folle à lier qui pense simplement que tous les êtres humains sont des pécheurs ; des salauds et des salopes quoi, mais bon il ne faut pas jurer hein ! Bien entendu le pire de tous c’est Papa Edward qui a un sévère penchant pour la picole. Bref, ils iront tous brûler en Enfer. Bienveillante, Maman inculque ses douces pensées à ses deux fils Ed et Henry, ressassant que tout ce qui possède un vagin est répugnant ; « Et souvenez vous les enfants, toutes des salopes sauf moman. » ; qui dit femme, dit alors vagin, et qui dit vagin, dit donc sexe. Et le sexe c’est dégoutant.

Trois ou quatre prières par jour, c’est ce qu’il faut pour que Dieu entende ces pieux appels au secours, ces prières sommant de faire disparaître papa Edward. Il faut savoir qu’il est un peu réprimé, qu’il n’a pas le droit d’ouvrir la bouche tellement Augusta ne peut plus le saquer ; donc au bout d’un moment (sûrement entre un whisky et une bière) il commence à la taper.
Comme dit mon père « Je ne sais pas pourquoi je la tape, mais elle, elle doit le savoir »

Pour échapper à la ville et de ses pécheurs, Augusta avait ouvert une épicerie afin de gagner un max de thunes pour acheter une maison à la campagne. Elle retire Edward de l’école/société à ses 13 ans (comme son grand frère Henry) quelques années après leur déménagement. Le petit Eddy adore lire des magazines d’aventures, qui lui permettent de penser à autres choses que Humains = Monstres. Le problème est qu’il n’a pas le droit d’inviter des petits camarades, ni le droit d’aller chez eux, il ne saura donc pas ce qu’est l’amitié. « L’ami quoi ? ».L’amour et l’amitié riment avec maman, si terrifiante soit-elle.

(Painting by Dark Vomit)

Henry commence à se rebeller, alors que la relation fusionnelle entre Ed et sa mère s’intensifie, surtoutaprès la mort du père (Victoire des prières !). Eddy n’aime pas vraiment l’attitude de son frère; « Merde quoi ! notre mère c’est la perfection incarnée bro ! »Peut-être que des prières à son égard ont été entendues ? Henry meurt mystérieusement. TAN-TAN !
(musique de suspense) Pour l’anecdote : Ed a perdu son frère dans la forêt alors qu’ils essayaient d’éteindre un feu. Il appela la police pour essayer de le retrouver, et ce con emmena les policiers directos jusqu’au corps carbonisé d’Henry. Le doute plana quelques secondes, mais qui pourrait soupçonner ce pauvre petit Eddy tout timide ! Sa mère prend la suite un an plus tard, laissantEddy, seul avec lui-même. Vierge à 39 ans et toujours célibataire. Il reste tout de même dans la maison familiale et ne voulant pas entacher les souvenirs de sa mère, il ferma toutes les pièces qu’elle utilisait le plus. Il tombe alors nez à nez avec ses fantasmes refoulés, impliquant le pire des êtres : LA FEMME. Il veut rattraper le temps perdu, il veut enfin découvrir et connaître le monde extérieur ; Ed n’avait eu que la Bible à la maison. Il se nourrit alors de magazine pornos, de livres sur les pratiques peu religieuses des nazis, sur les anciens rites mortuaires, sur l’anatomie et la rubrique nécrologique des journaux. Bref, il devient obsédé par la MORT et le SEXE. SON DELIRE avec les mortes : Quand il apprend qu’une femme vient d’être enterrée (grâce aux journaux donc) il fait un petit tour au cimetière, pelle, couteau dans le sac à dos.  À défaut de pouvoir rencontrer des femmes vivantes, il préfère aller les exhumer, encore toutes fraîches. Plus tard il niera avoir eu des relations sexuelles avec elles parce que ça sentait trop les règles moisies.

S’il n’a pas trempé sa saucisse, il les aura au moins dépecées pour tanner leur peau et s’en faire des vêtements. « Bah quoi ? jvoulais juste savoir ce que c’est que d’être une femme ! ». De ses fouilles, il garde quelques vagins (je ne sais pas comment c’est possible), des roploplos et des têtes pour en faire des « têtes réduites ». À l’ancienne quoi… Pour pouvoir un peu bouffer, il est l’homme-à-tout-faire des voisins et le baby-sitter pour leurs enfants. Il montra fièrement ses têtes réduites à un des gamins, qui s’empressa de divulguer l’info à ses copains, mais personne ne le crut. Les autres pensèrent que c’étaient des costumes d’Halloween et les parents ne prirent pas aux sérieux leurs enfants.  Quelque temps après une fille, une ado et une jeune femme disparaissent sans qu’on trouve le coupable. Eddy aimait beaucoup cette dernière, alors un de ses voisins le taquina. « Si elle était n’était pas nulle part elle serait sûrement avec toi », ce à quoi il aurait répondu « elle n’a pas disparu, elle est à la ferme ». Ce qui aurait pu être une très bonne blague par ailleurs. Trois ans plus tard, une femme Berenice Worden disparaît. Son fils a vu Ed se prendre un râteau la veille et des témoins l’ont vu rôder, non loin de son magasin. La police alla donc l’interroger, et il commit la grave erreur de dire « Ce n’est pas moi qui ai tué Berenice, c’est un coup monté ». C’est la fin pour lui…le con! BILAN :  Petite perquisition dans sa ferme : entre détritus et magazines porno, ils découvrent ce qui semblerait être une carcasse pendue par les pieds. Au premier abord, ils pensèrent à un renne éventré, avant de réaliser que – non – c’est une femme, sans tête, c’est Bérénice. Ça change du Zodiac, qui ne nous offre aucune image dégueu! J’avoue que ce n’est pas jojo, mais si tu veux assouvir ton côté vicieux click ICI pour découvrir Bérénice dans une posture peu convenue. Collection automne-hiver  pour votre maison : fauteuil, abats jours et corbeilles en peau de femme, ornement de lit avec  crânes, les fameuses têtes réduites et quelques nez. Et pour votre style : ceinture de tétons féminins, costumes en peau de femmes et la cerise sur le gâteau : une boîte à chaussure remplie de vagins desséchés. Une chip avec ceci ?  

(un jolie petite paire de gants?)

Il ne sera inculpé que pour deux meurtres, plaidant non coupable pour cause de démence mentale. L’histoire fit le tour des Etats-Unis, fit la couverture de Life et Time. Beaucoup de psychologues travaillèrent sur ce cas jusqu’alors unique et en découlèrent de nombreux documents sur le travestissement, le fétichisme et la nécrophilie. – Merci qui ? – Merci Eddyyy ! Pour l’anecdote : Les objets de la ferme ont été vendus aux enchères et la ferme devint pendant un certain temps un officieux musée à 50 centimes l’entrée, jusqu’à ce que tout brûle. Les voisins en avaient marre de voir des curieux et journalistes squatter leur quartier…Et il aura inspiré de nombreux films…  

Ainsi que Leather Face et Le Silence des Agneaux…Je vous fais donc partager un petit docu parce que je suis une fille trop coule.

  

Ed Gein, le boucher de plainfield

RETARD → Magazine - Ed Gein, le boucher de plainfield

Elsa

Elsa a 27 ans et a les chaussures roses de Barbie. Ex-batteuse de groupes de filles plutôt ultra classes ( Fury Furyzz et Mercredi Equitation), elle est plutôt agile de ses mains (hinhinhin). Elle vit maintenant à Bruxelles où elle est apparemment Interaction designer. Mais on ne sait pas ce que ça veut dire... Sinon, c'est aussi la meuf la plus gentille et choups du monde. Sauf si tu fais la chier, elle te tapera parce qu'elle aime bien avoir des bleus aux mains. Passions: le niqab, le caca et les paillettes.

Nils Bertho

Nils est né en 1987 et un T-Rex en peluche qu'il a appelé Rex, mais il s'est gouré parce que c'est un vélociraptor en fait. Quand il ne crie pas dans son boys-band Adolf Hibou, Nils dessine, il dessine même beaucoup. Investi dans plusieurs collectifs notamment à travers Le Mat, sa galerie-tattoo-concert à Montpellier, il s'amuse à nous foutre des grosses baffes visuelles à chaque fois qu'il nous envoie une illu. D'ailleurs si tu vois des traces de gouttes sur ses dessins, ce sont les larmes d'Anna qui a pleuré parce que c'était trop beau. Son site : http://www.nilsbertho.com