RETARD → Magazine

vendredi, 05 octobre 2012

TON SERIAL KILLER, TED BUNDY

Par
illustration

Chez Retard, on est sympa, on vous raconte de belles histoires… Pour cette rentrée quelque peu explosive et destructrice, je voulais m’atteler à un sujet croustillant et des personnages tout aussi charmants…les tueurs en série.

 Si vous avez la télé, «vous n’êtes pas sans savoir ignorer » (sic Inconnus Cinema2) que les sujets préférés des Français sont les enquêtes policières et l’intrusion dans la vie privée des gens.

Mais qui n’a JAMAIS maté un petit NCIS-PoliceJudiciaire-ColdCase-Bones-LesExperts et compagnies ? QUI ? 

Pour le connard au fond qui lève la main, j’ouvre le champ aux émissions FaitesEntrerl’Acccusé-PrésuméInnoncent-Nonélucidé-EnquêtesCriminellesLeMag…etc. Alors ? On fait moins le malin !Enfin, perso rien ne vaut Les Enquêtes Impossibles de Pierre Bellemare (Je vous aime, toi et ta blanche moustache), avec cette voix-off à la Barry White qui te berce dans les histoires criminelle les plus glauques et malsaines du monde.. enfin surtout aux Etats-Unis, ne nous mentons pas. 

  

SON ENFANCE : 
Le petit Ted est le fils de son grand-père (MIAM). À 5 ans, il s’amusait à cacher des couteaux sous les draps de sa Tante slash Mère. Vers 7 ans, il fabulait une autre vie où un couple de cow-boys de la télé l’adopteraient et lui offrirait tout ce qu’il veut… Même un Poney ! (parce que les poneys, c’est chic !)

LE HIC :

Pour comprendre le personnage, il faut savoir que sa famille n’est pas riche, alors il a une grosse fixette sur l’argent ($$$), la réussite et la notoriété. Bref, il rêvait d’être riche; d’être un gros bourge quoi.Il découvrit à l’adolescence que sa tante était sa mère ! petit malaise familial qui le transformera en une sorte d’ermite sans personnalité et kleptomane. Il était obsédé par la pornographie hardcore qu’il ne pouvait que fantasmer, mais il n’en était jamais rassasié.

Après des études complètement ratées à cause sa copine « comptoir des cotonniers » (qui l’aura larguée comme un gros caca) il trouva une place au parti Conservateur Républicain et pu accéder à la « Classe Supérieure » qu’il admirait tant. 

(C’est moi ou Ted Bundy ressemble à Ted Mosby de « How I Met Your Mother » ?)

 Il se retrouva une nana, essaya de se créer (une fausse) personnalité et s’offrait un super train de vie grâce au vol. Il fit des études de psycho (très bon essai sur la schizophrénie), et devint psychologue… enfin pas vraiment longtemps parce que ses patients lui foutaient le bad. Puis, quand il reprit des études de droit (pour la 4e fois), toutes les deux semaines, une étudiante disparaissait.

SES VICTIMES : 
Des filles blanches, minces aux cheveux longs avec une raie au milieu (comme son ex « Comptoir des cotonniers »). Elles étaient généralement violées et tuées ou l’inverse, selon son humeur quoi. 

  

SA TECHNIQUE D’APPROCHE :
Il avait un bras dans le plâtre et il demandait de l’aide pour porter ou attacher des choses à sa voiture. Traquenard. Des témoins auraient vu un « beau jeune homme avec un plâtre, qui se faisait appeler « Ted » dans une coccinelle ». Le mec donnait quand même son vrai nom !

LE  CON.

Ses potes du comité Républicain le taquinaient même sur sa ressemblance avec le portrait robot… 

LA FIN RATÉE :

Après quelques autres jolis petits meurtres ; la femme et des amis de Teddy appelèrent pour le dénoncer (sans être sûrs), mais la police qui ne prit pas en compte les accusations faites sur « un homme bien sous tous rapport ». 

ÉVOLUTION MALSAINE :

Un an après – rebelote – toutes les 2 semaines une jeune femme se faisait « prendre » par surprise et allait ensuite les enterrer dans les bois. Pour le plaisir, il revenait dans les bois, les exhumait, maquillait leur visage en décomposition et leur faisait …« DES CHOSES ».

LA FIN ? :

Un soir, alors que sa voiture paraissait suspecte, il fut contrôlé par un policier qui fouilla sa bagnole. Il y  trouva « cagoule, masque fait dans un collant, pied-de-biche… » et fut emmené au poste pour soupçons de cambriolage (hah) avant d’être relâché quelques heures plus tard.  ALLÔ les gars ! mettez vous au courant ! Ce n’est qu’après bien sûr, que les policiers firent le lien… 
Surveillé, arrêté, dénoncé (par sa femme encore, d’autres témoins et victimes de ses agressions, encore vivantes), inculpé pour tentative d’enlèvement et meurtre. Il voulait prendre sa propre défense et comme il paraissait loyal et honnête, on le laissa préparer son procès à la bibliothèque ; il s’évada par la fenêtre (On en aurait presque douté).Six jours plus tard, la police le retrouva et l’incarcéra pour 7 mois avant qu’il réussisse à s’évader de nouveau ; cette fois par le plafond de sa cellule, direction la Floride/Filles/Mini-Shorts/Bikini. WOUTWOUT !Puisque personne ne le connaissait là-bas, il réussit à prendre l’identité d’un autre et vivait grâce à sa kleptomanie. 

Hinhinhinhin!!

 

UNSTOPPABLE : 

Un soir, il s’attaqua à une Sororité, genre la grosse maison remplie de nanas en chemise de nuit et petites culottes. On retrouva 4 filles (dont 2 vivantes) en sang dans leur chambre, le crâne fracassé, violées, parfois mordues au cul  ou étranglées.

LE POINT DE NON RETOUR :

Il se fit arrêter encore une fois, au volant de sa voiture et ce sera le début de la fin.
 

Les procès se suivront pendant 3 ans et il sera condamné à mourir sur la chaise électrique. Il réussira à se marier en plein tribunal avec une fille du comité Républicain (avec qui il aura un enfant), qui restait persuadée par son innocence. Il reçut centaines de lettres écrites par des femmes/groupies/nones/malades-mentales, lui proposant, du sexe, de l’argent, le pardon ou le « Va brûler en Enfer sale enculé! ».     
 

Dix-sept heures avant son exécution, il accepta une interview filmée, avec un Docteur.

Pour la video click ICI! 

Question : Vous croyez vraiment que la pornographie « dure », (…) affecte d’une manière cachée d’autres personnes et peut faire que d’autres femmes seront encore violées et tuées comme vous l’avez fait. 

Réponse : Je ne suis pas sociologue et je n’ai pas fait de sondage, mais je vis en prison depuis longtemps maintenant. Et j’ai rencontré beaucoup d’hommes qui ont été amenés à commettre des violences comme moi. Sans exception, chacun d’eux a été profondément influencé et dirigé par une dépendance envers la pornographie. ça c’est sûr. Les études du FBI sur les meurtres en série confirment que le grand point commun entre tous ces tueurs c’est la pornographie. 

BILAN :
Il aura violé, battu à mort, étranglé et/ou égorgé plus d’une trentaine de filles entre 12 et 26 ans. Mais, il faut le comprendre, il ne savait pas qu’il était psychopathe, il a essayé d’être un mec bien, beau gosse et apprécié, mais il ne comprenait pas l’amitié, l’amour, les relations entre les gens. il avait la mentalité d’un pré-ado, il essayait juste d’imiter ceux qu’il admirait. À force de vouloir être un autre, bah il est parti en couilles.  -  Alors ça fait quoi d’agresser – de posséder ces jeunes filles ?- « C’est comme on possède une plante en pot, un tableau, ou une Porsche » Ted Bundy. Reviens tous les vendredis! Tu passeras une bonne nuit !   

Petits Suppléments :

 Le Film :
 Il aura inspiré Le silence des agneaux et Au-dessus de tout soupçon Le Bouquin : Un tueur si proche d’Ann Rull (une pote à lui, quand il travaillé à « SOS je suis dépressive je vais me suicider »)  

Elsa

Elsa a 27 ans et a les chaussures roses de Barbie. Ex-batteuse de groupes de filles plutôt ultra classes ( Fury Furyzz et Mercredi Equitation), elle est plutôt agile de ses mains (hinhinhin). Elle vit maintenant à Bruxelles où elle est apparemment Interaction designer. Mais on ne sait pas ce que ça veut dire... Sinon, c'est aussi la meuf la plus gentille et choups du monde. Sauf si tu fais la chier, elle te tapera parce qu'elle aime bien avoir des bleus aux mains. Passions: le niqab, le caca et les paillettes.

Nils Bertho

Nils est né en 1987 et un T-Rex en peluche qu'il a appelé Rex, mais il s'est gouré parce que c'est un vélociraptor en fait. Quand il ne crie pas dans son boys-band Adolf Hibou, Nils dessine, il dessine même beaucoup. Investi dans plusieurs collectifs notamment à travers Le Mat, sa galerie-tattoo-concert à Montpellier, il s'amuse à nous foutre des grosses baffes visuelles à chaque fois qu'il nous envoie une illu. D'ailleurs si tu vois des traces de gouttes sur ses dessins, ce sont les larmes d'Anna qui a pleuré parce que c'était trop beau. Son site : http://www.nilsbertho.com