RETARD → Magazine

lundi, 08 septembre 2014

UNE NUIT AVEC TAULARD

Par
illustration

À Rennes comme ailleurs les cafés concerts ferment les uns après les autres. Même l’éternel Sympat, rue de la soif, a trépassé. Cela dit, il y a un bar un peu excentré qui s’appelle Le Terminus tenu par une certaine Annette. Elle a une bonne cinquantaine d’années, tient son bar fermement et diffuse de la musique baroque juste après les concerts. Ce soir là, il y avait deux trucs vraiment positifs : le demi de vin blanc coûtait 3 euros et Taulard venait y jouer.

Taulard c’est quatre garçons originaires de Grenoble, entre 19 et 30 ans. Nico-synthé, Nico-basse, Jérôme à la batterie et Josselin au chant. Ils partagent leur temps entre le boulot, la fac de musico, le conservatoire et Taulard. Ils viennent de sortir leur premier album : « Aux abords du lycée ». On appellerait ça du punk mélodique, poétique, politique et angoissant. C’est assez compliqué de leur coller une étiquette mais disons que ça me fait penser à Molly Nilsson, à John Maus ou encore à Ventre de Biche même si ça y ressemble peu.

Ce genre de musique qui rend l’angoisse latente un peu belle malgré tout. 

Le concert était hyper bien. Côté public, il y avait du monde et un type qui rampait par terre pour passer entre les jambes des filles. Et côté scène, il y avait Josselin qui ressemblait à un lion en cage qui porterait un T-shirt « Lexomyl ». Ou à un chevalier teutonique (en plus sympa). Il y a toujours ce truc particulier quand le chanteur n’est que chanteur et qu’il ne peut pas se réfugier derrière un instrument. Et en l’occurrence, ça fonctionne très bien. La place laissée à la basse est juste merveilleuse. La batterie est calée, régulière sans pour autant être rigide. Envolées du synthé. Un mélange simple et rare de rage et de poésie. 

Taulard - Fuir

RETARD → Magazine - Taulard - Fuir

Après ce concert, tout ce petit monde a continué à boire des bières dans un jardin. La nuit est passée en 10 minutes. Je me suis endormie saoule sur le canapé du salon avec mon acolyte Pascaline. Le demi de vin blanc à trois euros ne nous a pas épargnées. Au réveil, ils ont fait un concert privé pour Antonin et Suzanne, respectivement 5 et 2 ans. J’aurais voulu avoir plus de temps pour discuter avec eux mais il fallait déjà partir. Pour corriger le tir, je leur ai envoyé par mail quelques questions auxquelles ils ont gentiment répondu.

CIMG1398

Il n’y a que Nico-synthé qui n’a pas pu répondre parce qu’il avait piscine (cf la photo du groupe ci-dessus). 

C’est cool de vivre à Grenoble? 

Josselin : c’est pas particulièrement cool, mais à partir du moment que t’as des potes et un endroit où trainer, ça le fait. J’apprécie particulièrement la proximité avec la rivière, qui se trouve à 10 mn en vélo de chez moi. 

Nico batt : j’aime bien Grenoble, il s’y passe plein de trucs, il y a beaucoup de jeunes, et si jamais la ville te gonfle y a les montagnes pas loin, toujours possible de prendre l’air.

Jérôme : je m’y plais bien, t’as des lacs à proximité pour profiter de ton été et t’as des montagnes si t’aimes les balades ça l’fait ! Après il y fait chaud et [c'est] pollué.

Est ce qu’il y a des images en particulier que vous rapporteriez à votre musique? 

Josselin : La BD Blanket de Craig Thompson était une source d’inspiration lorsque j’ai écrit les premières chansons de Taulard. Et le film Essential Killing colle bien à la chanson Fuir. 

Nico batt : il n’y a pas d’œuvres artistiques qui me viennent en tête, sinon des couleurs : Ville portuaire par exemple a une atmosphère bleue, j’y vois des ports industriels, containers, grues, etc.

Vous lisez quoi? 

Josselin : Cette année, ce que j’ai le plus aimé c’est Ham On Rye, de Bukowsky. Sinon, je ressors régulièrement mes BD préférées Ghost World de Clowes et Buddy does Seattle de Peter Bagge.

Nico batt : j’ai énormément lu plus jeune, aujourd’hui je prends plus trop le temps, mes dernières lectures étaient des policiers, comme la Cité des Jarres de A. Indridason.

Jérôme : je lis peu, j’ai lu Le Manifeste cette année.

Vous avez toujours fonctionné avec cette formation?

Oui, toujours.

Pourquoi vous passer d’une guitare? 

Jérôme : on a fait un seul et unique essai avec la guitare à la première répète où j’ai rencontré Nico synthé, j’avais la guitare et Joss la basse. Mais ça nous a pas plu et Josselin a décidé de ne faire que chanter et je préférais jouer de la basse même si j’en ai chié avec ses lignes au début.

Josselin : Je me suis dit dès le départ qu’on n’avait pas besoin de guitare, pour laisser de la place aux lignes mélodiques de synthé et de basse, qui de ce fait ressortent bien. Maintenant, dans un morceau comme « Les dangers du stop », la guitare pourrait rajouter de la dynamique.

Un album que vous avez écouté en boucle, vraiment en boucle? 

Nico batt : Sigur Ros – Takk…

Sigur Ros - Takk

RETARD → Magazine - Sigur Ros - Takk

Jérôme : Saïan Supa Crew – X raisons

Saïan Supa Crew - X-Raisons

RETARD → Magazine - Saïan Supa Crew - X-Raisons

Josselin : Television – Marquee Moon

Television - Marquee Moon

RETARD → Magazine - Television - Marquee Moon

Quelle est la dernière chose que vous faites avant un concert? 

On n’a pas de rituel particulier, mais la plupart du temps on vérifie que nos micros fonctionnent, que la basse est accordée, puis on se checke en se rappelant qu’il faut tout donner.

La première fois que j’ai écouté vos morceaux, j’ai direct pensé à Ventre de Biche, vous vous connaissez?

Josselin : J’ai jamais vu mais je connais le type. 

J’ai été assez touchée par le fait que vous abordiez les évènements politiques des années 2000 (le CPE, nationalisme exacerbé), notamment dans le morceau Frankreich Katastrophe. Vous pensez quoi de la situation actuelle? 

Nico batt : j’ai l’impression que le nationalisme qui semble « ressurgir » est en fait le reflet d’une lassitude générale envers la politique : plus personne ne croit en les partis centraux, la récupération nationaliste est donc chose facile… 

Josselin : J’évoque dans Frankreich Katastrophe ces événements politiques pour contextualiser ce qui m’intéresse davantage, et qui est la violence entre les jeunes, visible pendant les manifestations en 2006. Ça fait un moment que je me suis pas pris de coups dans la rue, donc je dirais qu’il y a peut-être moins de tensions, mais ce n’est que mon ressenti.

QUESTION SPÉCIALE TAULARD: Je regarde une série qui s’appelle Orange is the new black. En gros c’est l’histoire d’une meuf qui vient des classes moyennes et qui se retrouve en prison pour une connerie qu’elle a faite 10 ans avant alors qu’elle était la meuf d’une dealeuse internationale d’héroïne. La série raconte comment elle s’intègre à l’univers carcéral et quelle stratégies de survies elle adopte. Vous vous en sortiriez comment en prison? 

Josselin : Aucune idée, je suppose que ça serait très dur, se voir priver de ses libertés et tout. Je continuerais la boxe, j’écrirais des lettres, j’en sais trop rien…

Nico batt : Je leur ferais écouter Sigur Ros et ils seraient tous gentils avec moi.

Anna Wanda

Directrice Artistique et illustratrice
Anna est née en 1990 et se balade avec un collier où pend une patte d'alligator. Graphiste et illustratrice particulièrement douée (sans déconner), elle n'est pas franchement la personne à inviter pour une partie de Pictionnary. Toujours motivée et souriante, c'est un rayon de soleil curieux de tout et prêt à bouncer sur un bon Kanye West, tout en te parlant de bluegrass. Par contre, elle a toujours des fringues plus jolies que toi. T'as donc le droit de la détester (enfin tu peux essayer, perso j'y arrive pas). SON SITE PERSO: http://wandalovesyou.com